Présentation des critères des TSA (troubles du spectre autistique ou troubles du spectre de l’autisme) dans le DSM V (Diagnostic and Statistical Manuel of Mental Disorders), avec quelques exemples illustrant les difficultés rencontrées.

Difficultés persistantes sur le plan de la communication et des interactions sociales

  1. Réciprocité socio-émotionnelle :
    la personne ne partage pas ses centres d’intérêts et ses émotions avec son entourage, elle ne prend pas part aux conversations, ne prend pas l’initiative d’une conversation ou d’un jeu-selon l’âge.
  2. Déficit dans la communication non-verbale :
    déficit au niveau de la compréhension et de la production du langage non-verbal (expressions faciales, intonation, gestuelle, posture, etc.) De ce fait, la personne avec TSA a des difficultés à comprendre l’intention qui est souvent implicite, elle ne peut pas prendre en compte les éléments de la communication non-verbale, pour cette raison elle peine à décoder le message réel émis (humour, moquerie, etc. ) et en reste souvent à une compréhension du message au sens littéral. La personne avec TSA a souvent des difficultés à utiliser à bon escient le répertoire du langage non-verbal et il peut y avoir une inadéquation entre le message verbal et non-verbal (ex. elle peut exprimer une situation triste en souriant ou sans paraître émue).
  3. Difficulté à développer, maintenir et comprendre des relations sociales appropriées pour l’âge ; difficulté à adapter son comportement à différents contextes sociaux (par ex. la personne utilise un langage familier, quelle que soit la personne à laquelle elle s’adresse), difficulté à partager le jeu symbolique et imaginaire avec autrui, absence manifeste d’intérêt pour autrui.

Les 3 types de difficultés doivent être présents pour poser un diagnostic de TSA mais le niveau de sévérité de chaque difficulté devra être spécifié et peut être différent selon le type de difficultés.

Comportements stéréotypés et intérêts restreints

  1. Utilisation de mouvements répétitifs/stéréotypés :
    • balancements, flapping, torsion des mains,
    • mouvements des mains devant les yeux,
    • tourner sur soi-même,
    • marcher sur la pointe des pieds,
    • ...
  2. Utilisation particulière du langage :
    • Écholalie différée = la personne répète des mots, des phrases, des scènes entendues soit à la télévision, soit dans son quotidien,
    • Phrases idiosyncratiques = langage propre, sans visée communicative : la personne semble parler une autre langue, connue d’elle seule,
    • Propos stéréotypés, répétitifs,
    • ...
  3. Utilisation particulière des objets :
    • alignement d’objets,
    • rotation d’objets,
    • uniquement pour leur aspect sensoriel (les sentir, les toucher, les taper les uns contre les autres),
    • ...
  4. Routines et rituels verbaux ou non verbaux :
    • détresse importante face aux moindres changements,
    • difficultés avec les transitions,
    • pensées rigides,
    • rituels de salutation figés,
    • nécessité des mêmes itinéraires, manger la même nourriture,
    • ...
  5. Intérêts restreints, limités ou atypiques quant à l’intensité et au type d’intérêt :
    • attachement excessif à un objet inhabituel,
    • ou intérêts trop limités à certains sujets
    • ou prenant une place très importante,
    • ...
  6. Hyper ou hypo réactivité à des stimuli sensoriels ou intérêt inhabituel envers des éléments sensoriels de l’environnement :
    • indifférence à la douleur / à la température,
    • intolérance ou indifférence à certains sons ou textures,
    • fascination pour les lumières ou objets qui tournent ou qui tombent,
    • ...

Ces symptômes doivent être présents depuis la petite enfance mais il est possible qu’ils se manifestent pleinement seulement au moment où les demandes sociales dépassent les capacités individuelles. Ils limitent ou altèrent le fonctionnement quotidien.

Ces perturbations ne sont pas mieux expliquées par une Déficience Intellectuelle ou un Retard Global du Développement.